25 janvier 2012

Se louer

Conceptualisation? Alors vas-y, Conceptionne! Idéalise, imagine, prends forme! Écarte-toi! Y’a pas que la troisième guerre qui menace, y’a toi aussi. Tue-toi et finis-en calvaire! Sors de ton sac à viande et pousse-toi vers l’infini, à la hâte! Se tuer pour se donner à Dieu? Faire une croix sur soi ? Était-ce à l’époque où le christianisme dominait le rang des Tremblay? Oui. Et sans aucun câlice de doute. Mais y’a pas que ça, Théo. Se tuer, Théo, c’est débarrasser le plancher de sa guenille molle pour se matricer l’être. Théo, te voilà agenouillé devant le prédéterminé. Creuse ton sillon, vas vers la plaque tournante. Je comprends que se tuer est très mal vu; tu ne te démouleras pas. Je ne sais pas quel est le numéro de ce stupide commandement mais efface-le de ta programmation.

Fin de la parenthèse

***

4 commentaires:

Éric McComber a dit…

Encore un de vos incroyables rêves, Alice. Ça fait systématiquement des textes splendides. Mais que de noirceur.

Un peu de soleil cévenol ne vous nuirait pas.
:0)

manouche a dit…

...réchauffe le moule ...

A L I C E a dit…

Un soleil qui ne nuit pas ? Ça éclaire, M. Éric.

A L I C E a dit…

J'enregistre une hausse de température Manouche. Je suis sur la bonne voie.